France: le vaccin d’AstraZeneca autorisé mais déconseillé aux moins de 65 ans

Partager

Le vaccin d'AstraZeneca n'est pas recommandé pour les femmes enceintes.

Quatre jours après l'autorité de santé européenne, c'était au tour de la haute autorité de santé (HAS) de rendre son avis sur le vaccin AstraZeneca. Autre annonce pour l'heure non officiellement confirmée avec un vaccin plus facile à distribuer: les pharmaciens pourraient être associés à la diffusion de ce vaccin qui requiert deux doses pour une efficacité annoncée de quelques 60%.

L'avis de la HAS doit être entériné par le gouvernement. Des réserves identiques à la France ont été rapportées par les autorités sanitaires de plusieurs pays européens comme l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie, la Pologne ou la Suède.

En effet, c'est le cas de Pfizer, Moderna et AstraZeneca qui ont confirmé, récemment que leurs produits ne contiennent pas de produits porcins. Or le seul laboratoire avec lequel l'initiative Covax a signé des accords pour 150 millions de doses via des accords avec le Serum Institute of India pour cette échéance se trouve être AstraZeneca. Des résultats qui "ne permettent de calculer l'efficacité du vaccin que sur les formes cliniques de la maladie, et pas les formes asymptomatiques", ajoute-t-elle. Leurs avis ne signifient pas que le vaccin n'est pas efficace chez les plus âgés, mais qu'on ne peut pas évaluer cette efficacité-là sur la base des données actuelles.

"Le démarrage de la campagne de vaccination, guidée par la concurrence économique entre puissances et les intérêts des laboratoires détenant les brevets du vaccin, a dévoilé l'hypocrisie des beaux discours sur la " distribution abordable et équitable du vaccin ", prônés notamment par les dirigeants des principaux pays de l'Union Européenne.

Covid-19 la France dans l'attente des consignes sur le vaccin d'AstraZeneca

En France, plus de 1,3 million de personnes ont été vaccinées contre le Covid en un mois.

AstraZeneca, dont le produit " allait être le vaccin de masse pour le premier trimestre " 2021, n'a pu garantir que 25% des plus de 100 millions de doses promises, ce qui représente " un vrai problème " pour les Vingt-Sept, a déclaré la directrice générale de la Santé au sein de la Commission, Sandra Gallina, devant des députés européens.

Macron a rencontré mardi soir des fabricants internationaux de vaccins et de grandes sociétés pharmaceutiques qui ont un site industriel en France pour discuter des moyens d'augmenter "rapidement" et "significativement" les capacités de production à court terme en France et en Europe. La distribution des vaccins se fera "en proportion de la taille de (la) population" des 145 pays qui figurent sur la liste, précise Ann Lindstrand, spécialiste de la vaccination à l'OMS.

Un autre projet qui les occupera dans les mois qui viennent, c'est une étude sur l'interchangeabilité des différents vaccins, pour savoir s'il est possible de recevoir, par exemple, une première dose du vaccin Pfizer-BioNTech avant une deuxième de AstraZeneca-Oxford.

Partager