Affaire Navalny: L'UE envoie Josep Borrell à Moscou après les manifestations

Partager

Idem pour Google qui dément formellement avoir supprimé 50% des vidéos appelant à manifester de sa plateforme, selon les chiffres du Roskomnadzor. Un palais incroyablement luxueux, bien loin de l'image de sobriété que veut donner le président russe.

Le vote de ratification est intervenu au lendemain de la première conversation entre le président russe Vladimir Poutine et son nouvel homologue américain Joe Biden.

A peine arrivé, déjà emprisonné. Cette réponse directe du chef de l'Etat, contrastant avec son mépris habituel envers ses opposants, s'explique sans doute par le succès d'audience de la vidéo, qui a fait plus de 87 millions de vues en une semaine. Il a réussi à lancer des manifestations historiques et tente de déstabiliser Poutine par un documentaire vidéo.

"La détention du leader de l'opposition et du survivant de l'empoisonnement Alexeï Navalny est totalement inacceptable".

Ce mouvement de contestation a lieu à quelques mois des législatives prévues pour l'automne, sur fond de chute de popularité du parti au pouvoir Russie unie.

Tout en sachant qu'il risquait la prison, Alexeï Navalny avait choisi de rentrer en Russie avec son épouse. Un appel qui a été largement entendu.

Selon l'ONG spécialisée OVD-Info, près d'une cinquantaine de personnes ont par ailleurs été arrêtées lors d'un rassemblement de soutien à Saint-Pétersbourg.

Plus tôt dimanche, Dimitri Peskov a néanmoins adopté un ton plus conciliant, assurant que la Russie était prête à ouvrir le dialogue avec la nouvelle administration de Joe Biden.

Le Kremlin, qui avait décrété ces manifestations illégales, n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

Les foules scandaient des slogans comme "Poutine voleur!", "Navalny, on est avec toi!" et "Liberté pour les prisonniers politiques!".

Au risque de ressembler à un vieux record - et c'est également ainsi que le porte-parole du gouvernement russe a décrit la dernière enquête de Navalny - voici un autre rappel: la Russie reçoit constamment de mauvais scores sur l'indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International.

Le Kremlin a signifié mardi qu'il ne " prendra pas en considération " les demandes occidentales pour libérer l'opposant russe Alexeï Navalny, et mis en garde contre son appel à des manifestations en Russie. Les détails révélés sont croustillants: cet extravagant palais d'une superficie de 12 000 m² posséderait une patinoire, un casino, une piscine et même une "aquadiscothèque". Le tout aurait été construit pour la somme de 1,12 milliard d'euros, ce qui en ferait l'une des propriétés les plus coûteuses au monde.

"Pépé, dans son bunker, a tellement peur, qu'on déchire et qu'on jette le code de procédure pénale à la poubelle", a-t-il ajouté, en référence à Vladimir Poutine et au fait qu'un tribunal siège dans un commissariat. "Je n'ai pas vu ce film, faute de temps".

Les enquêtes en lien avec les manifestations de samedi dernier se multiplient, alors que les partisans d'Alexeï Navalny, pourfendeur de la corruption et ennemi juré du Kremlin, ont annoncé de nouveaux rassemblements dimanche. Ce lundi 25 janvier, les chancelleries européennes ont décidé de dépêcher le représentant de leur diplomatie Josep Borrell à Moscou début février.

Partager