Les hommages se multiplient dans les médias — Disparition de Maradona

Partager

Avec sa disparition, c'est un pan de l'histoire du football mondial qui disparaît.

Ronaldinho a tenu à poster un message sur ses réseaux sociaux pour partager sa peine après le décès de la légende du football Diego Maradona.

"Maradona, c'était le foot, le jeu".

C'est évidemment chez lui en Argentine que l'émotion est la plus forte, à l'image de cette Une magnifique d'Olé qui montre l'ancien attaquant en train d'embrasser la Coupe du monde 1986, remportée avec l'Albiceleste, avec l'épitaphe "1960 - L'infini". "Mon idole est décédée, RIP Diego Armando Maradona ", a écrit l'emblématique capitaine des Éléphants. Chaque page est numérotée "N.10", d'après le numéro de maillot du génie argentin.

Si la planète savait la santé du "Pibe de Oro" fragile, l'annonce de son décès, avancée dans un premier temps par la presse argentine, a entraîné un déluge de tristesse et d'éloges dans le monde du ballon rond, où seul le Brésilien Pelé (80 ans) rivalise dans le classement informel des plus grands de l'histoire.

Le "gamin en or " laisse derrière lui un énorme héritage pour le football mondial en général et argentin en particulier. " " Et d'ajouter en guise d'hommage: " Pour définir Diego en ce moment de profonde désolation et de douleur, je peux dire que c'était un bon fils, le meilleur joueur de toute l'histoire et une personne honnête". "La mort d'un champion est toujours un événement triste".

La fin de sa vie sera chaotique entre propos faisant scandale, cocaïne et soutien à des régimes fort peu démocratiques comme le Cuba de Castro et le Venezuela de Chavez. L'auteur de la 'main de Dieu', le protégé de la mafia napolitaine, l'ami de Fidel Castro et d'Hugo Chavez, le cocaïnomane incurable ne fut pas un enfant de chœur ni un modèle de vertu, loin de là.

Un médecin a posté sur Instagram une photo prise en compagnie de Maradona, suite à son opération chirurgicale le 11 novembre. Il avait un talent bien au-dessus de Messi. Cela faisait maintenant plusieurs années que Diego Maradona avait de gros soucis de santé. Plongeant tout un pays, l'Argentine, dans un état de détresse qui, depuis hier, se filme et s'analyse par les médias du monde entier. Nous avons joué pour la sélection du reste du monde qui a battu la formation des anciennes gloires du football Marocain 4-0.

Tour à tour, ou en parallèle, au long de cette trajectoire de soixante années, le joueur aura suscité l'admiration, l'entraîneur les moqueries et l'homme la compassion, par-delà le dégoût suscité par ses excès. De drogue, de petits ponts et de coups de sang. Avec les médecins et sa famille, Diego sera comme il doit être: "heureux", avait-il ajouté. Il a gardé à jamais un mauvais souvenir de ce tournoi à cause du comportement des supporters italiens qui ont sifflé l'hymne argentin et hué l'idole de Naples.

"Passez outre la tricherie - si vous aimez vraiment le football, alors vous aimez Diego Maradona", conclut le prestigieux quotidien britannique The Times.

Partager