Donald Trump s’indigne des violations sans précédent de la Constitution — USA

Partager

Vendredi soir, les médias américains ont annoncé la victoire de Joe Biden en Géorgie et celle de Donald Trump en Caroline du Nord. Ce dernier, qui arbore habituellement un toupet oscillant entre le blond et le roux, est en effet apparu devant les caméras avec les cheveux... gris. Jusqu'ici directeur du renseignement au sein du Conseil de sécurité nationale (une organisation administrative dépendant directement du président des États-Unis), il est considéré comme " l'un des plus dévoués serviteurs " de Donald Trump.

Au total, le démocrate a remporté 25 Etats ainsi que la capitale fédérale, Washington, dont cinq Etats ravis par Donald Trump en 2016 face à Hillary Clinton: l'Arizona, la Géorgie, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin. L'avance de Donald Trump n'a cessé d'y fondre avec l'avancée du comptage, et Joe Biden est passé devant lui dans la nuit du 5 novembre.

Pour Audrey Célestine, universitaire et spécialiste des questions raciales en France et aux Etats-Unis, l'élection de Joe Biden lors de la présidentielle américaine montre l'émergence de nouvelles figures de la communauté noire.

Il continue de poster ou de reprendre de nombreux messages sur Twitter indiquant que l'élection a été truquée. Selon TMZ, Trump sera très recherché pour prononcer des discours et il pourrait aller chercher plus de sept chiffres. Mais ce vendredi, lors de sa première conférence de presse depuis l'annonce de la victoire de Joe Biden, il a affirmé que son administration ne confinera pas. Donald Trump avait alors parlé de "raz-de-marée ".

"Il y aura une transition en douceur vers une seconde administration Trump", a lâché d'un ton neutre le plus fidèle des ministres trumpistes, avant d'esquisser un sourire.

Women for Trump ": "sous des slogans variés et dans une certaine confusion, plusieurs rassemblements était prévus, soutenus par plusieurs personnalités d'extrême-droite, dont Enrique Tarrio, leader des " Proud Boys ", groupuscule nationaliste.

La dispute se poursuivrait alors devant le Congrès, qui se réunira le 6 janvier pour procéder au comptage des voix des grands électeurs et désigner formellement le vainqueur de l'élection. Cependant, les statistiques se sont poursuivies dans les deux Etats pour lesquels les résultats n'ont pas encore été annoncés. "Je pense que le président va participer à sa propre inauguration " en janvier, a ainsi assuré sur Fox News la porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany. Les Européens tentent de sauver cet accord, au moins jusqu'à l'entrée en fonction de Joe Biden, qui a promis de renouer avec la diplomatie.

Partager