La posture de Donald Trump est-elle vraiment tenable — Accusations de fraudes

Partager

S'il remporte cet Etat conservateur, il ferait un grand pas vers la Maison-Blanche.

Une partie des républicains et des éditorialistes conservateurs ont pris leurs distances avec les accusations de fraude de Donald Trump.

Donald Trump a en revanche reçu le soutien des sénateurs Lindsey Graham et Ted Cruz. De ce fait, il se dit déjà prêt de tenir sa promesse de renverser la politique climatosceptique du président sortant dès son investiture en janvier 2021.

La pression est forte aussi dans l'Etat de Géorgie, un fief républicain où l'avance de Donald Trump était de moins de 10.000 voix jeudi.

Ils propagent l'idée, lancée par Donald Trump, que des bulletins "surprise" sont apportés dans les centres de dépouillement. L'Arizona compte 11 grands électeurs.

Suivez notre direct: Trump fait monter la tension d'un cran, l'écart entre les candidats se réduit dans les Etats-clés Avec les "votes légaux, je gagne facilement " Le 45e président des Etats-Unis, fatigué, un brin abattu, a donné le spectacle d'un dirigeant tentant de s'accrocher au pouvoir. Les résultats dans cet état désertique de l'Ouest sont en faveur de Joe Biden. En Géorgie, le républicain menait de 14.000 voix sur le démocrate, soit 0,3 point d'avance, mais les derniers bulletins provenaient de la région d'Atlanta, plus démocrate.

Mercredi matin, les autorités locales ont indiqué qu'il faudra attendre jeudi pour de nouveaux résultats.

La Pennsylvanie a 20 grands électeurs en jeu. Un Etat-clé puisqu'il s'agit d'un État industriel de la "Ceinture de la rouille ".

Le candidat démocrate Joe Biden bénéficie désormais de plus de voix que le président Donald Trump dans l'État de Géorgie, alors qu'il en comptait encore des milliers de retard jeudi, selon la chaîne de télévision CNN.

La comptabilisation des votes dans l'Etat de la Caroline du Nord est actuellement à 95 %.

Le sénateur Rob Portman, un républicain de l'Ohio, a déclaré que les États administrent les élections américaines, et non le gouvernement fédéral.

Le rédacteur en chef du service politique de Fox News, Chris Stirewalt, a fait écho à ce sentiment, en disant à propos des actions en justice lancées par l'équipe de campagne Trump: il y a des "oursuites judiciaires, mais nous n'avons encore vu aucune preuve que quelque chose ne va pas".

"La démocratie, c'est parfois confus", a concédé le candidat démocrate. Plus d'un demi-million de bulletins n'ont cependant pas encore été comptabilisés, sans compter ceux provenant d'outre-mer qui pourraient être acceptés jusqu'à 17 h vendredi s'ils ont été postés à temps. Jusqu'à présent, le décompte des voix dans tout le pays a été effectué de manière efficace et sans preuve de mauvaise conduite, malgré les plaintes du public de Trump. En avance dans les résultats de la course à la Maison Blanche, le démocrate est apparu serein et optimiste.

Prenant peut-être leurs désirs pour des réalités, beaucoup de médias s'attendaient à une vague démocrate et à un plus net rejet de Donald Trump de la part des électeurs américains.

Deux jours après le scrutin, ni Donald Trump ni Joe Biden ne peuvent se déclarer vainqueur de la présidentielle américaine.

Partager