Coronavirus : Barack Obama tacle Donald Trump et sa gestion de la crise

Partager

Le candidat présumé démocrate à la présidentielle est apparu sur le Breakfast Club, une émission de radio qui est largement considérée dans la communauté noire.

L'ancien vice-président des États-Unis a déclaré à un animateur radio qu'il n'était pas noir si jamais il venait à soutenir Donald Trump. Trump a redemandé à son " ministre de la Justice", William Barr, d'accélérer la procédure d'arrêt du système de soin mis en place par le 44e président des Etats-Unis alors même qu'en plein coronavirus, le nombre de chômeur a littéralement explosé dans le pays, passant de 3 millions à plus de 25 millions, alors que les salariés perdent leur couverture santé en perdant leur emploi. "Je ne pouvais pas croire mes oreilles qu'il se pencherait si bas pour dire aux gens ce qu'ils devraient faire, comment ils devraient penser et ce que cela signifie d'être noir".

" C'est une stratégie bien pensée de leur part pour tous les jours compliquer la vie de mon père, jusqu'au lendemain du 3 novembre (jour de l'élection présidentielle américaine, NDLR)".

Trump fait depuis constamment référence à ce qu'il décrit comme "le plus grand crime politique de l'histoire américaine, de loin!" Connu pour avoir le pouce qui le démange, c'est sur Twitter que le président des États-Unis se déchaîne depuis le dimanche 10 mai contre Barack Obama.

Dans la course à la présidence des États-Unis, les paris sont lancés.

C'est là où Donald Trump a pu gagner l'élection tout en perdant le vote populaire, dans ce mode de scrutin indirect. Disons qu'il est sur les lignes de côté espérant à l'occasion qu'on accorde un peu d'intérêt à sa candidature.

Joe Biden n'a pas exclu de briguer un deuxième mandat, en partie parce qu'un tel engagement explicite le rendrait immédiatement un canard boiteux à Washington, où le capital politique sera nécessaire pour gérer l'après pandémie.

La campagne confinée de Joe Biden a eu du mal à démarrer.

Donald Trump apparaît incapable de qualifier ce crime, précisant simplement que " ça dure depuis longtemps ", comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

La pandémie a mis à mal les vieilles méthodes de travail, forçant l'annulation des événements publics et redirigeant les activités de la campagne vers Internet, un monde virtuel largement dominé par le président sortant. Il reste impopulaire auprès des électeurs noirs. "Il savait tout", a-t-il tweeté, appelant le sénateur républicain Lindsey Graham, l'un de ses proches, à passer à l'action. Les deux têtes d'affiche les plus probables, Joe Biden et Donald Trump ne manquant pas dès que l'occasion leur était donné de se lancer des piques les uns les autres. Le fils de Donald Trump en a rajouté une couche.

Partager