Pourquoi les célébrités portaient du noir — Cérémonie des Césars

Partager

Sur le même réseau social dans la nuit, l'humoriste Florence Foresti, maîtresse de la cérémonie, s'était dite "écoeurée". Florence Foresti aussi, qui n'est pas revenue sur scène pour clôturer la cérémonie s'est dite "écœurée ".

Sur Instagram toujours, Sara Forestier a confié avoir regretté de ne pas avoir quitté la salle: "C'est notre responsabilité, à nous gens du cinéma". Une consécration qui n'est pas du goût de Adèle Haenel, Céline Sciamma, Noémie Merlant et quelque dizaines d'autres qui ont quitté la salle aussitôt après. "Vous savez très bien ce que vous faites quand vous défendez Polanski: vous exigez qu'on vous admire jusque dans votre délinquance ". Lui aussi a fait part d'un certain malaise. "Que ça soit à l'Assemblée nationale ou dans la culture, vous, les puissants, vous exigez le respect entier et constant (...) En prime, il vous faut le silence de victimes", écrit la romancière qui se fait porte-parole des femmes humiliées et blessées mais fières.

"Ce César est un encouragement qui prouve qu'on peut raconter des histoires dures et les faire apprécier par un large public", avouait Mounia Meddour, lauréate pour le meilleur premier film avec l'excellent "Papicha".

Par "ils", l'actrice s'adresse à une partie du cinéma français qui a voté pour récompenser Roman Polanski, un cinéaste accusé à de multiples reprises de violences sexuelles. Pensez aux victimes. Passées et actuelles. Le lauréat du meilleur acteur dans un second rôle, devant la presse, sera en totale adéquation avec Adèle Haenel: "elle a eu raison".

Cérémonie des César : Polanski annonce un

"Je vous en supplie, profitons de cette soirée qui nous unit pour fêter le cinéma", a imploré la présidente de cette 45e édition, Sandrine Kiberlain, avant d'ouvrir la cérémonie.

Car le réalisateur franco-polonais, malgré son absence, était le centre de toute l'attention dans la salle Pleyel à Paris, cible de toutes les blagues, souvent très drôles, mais aussi et surtout d'un mépris impulsif tout à fait malvenu dans une telle cérémonie. Enfin, sur le sacre de Polanski, Cyril Hanouna est formel: "Il fallait le sortir complètement (Roman Polanski, ndlr)". C'est cette instrumentalisation inacceptable qui a poussé une de ses victimes, Valentine Monnier, à prendre la parole3.

Alexis Manenti, l'un des acteurs principaux, qui incarne un policier aux méthodes plus que discutables, a reçu le César du meilleur espoir masculin.

Invité de France Inter ce samedi, Damien Abad, président des députés LR, a estimé que les César auraient éviter une polémique inutile en ne récompensant pas le cinéaste. Ce qu'ils ont fait hier soir, c'est nous renvoyer au silence, nous imposer l'obligation de nous taire. Le présentateur vedette de C8, lui, n'approuve pas cette méthode, jugeant que lorsque l'on "commence un travail, on le finit jusqu'au bout". ", a tweeté l'association Osez le féminisme". Rappelons que Roman Polanski a plaidé coupable et a été condamné par la justice en 1977 après le viol d'une jeune fille mineure, avant de fuir les Etats-Unis. Le collectif appelle à rassemblement le dimanche 8 mars, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Partager