Donald Trump acquitté par le sénat — Etat Unis

Partager

Mitt Romney n'a pas été la seule cible de ses attaques.

À neuf mois de l'élection présidentielle, Donald Trump a transformé ce traditionnel rendez-vous annuel un en discours de campagne en vue de sa réélection en novembre. Donald Trump a été "mis en accusation pour toujours", rétorquent les démocrates.

Il ne devrait surprendre personne que Donald Trump ait mis ces tactiques en œuvre en tant que candidat, en tant que président et en tant qu'objet d'une enquête en destitution. Et ils contrastaient fortement avec les excuses présentées par Bill Clinton à la suite de sa propre acquittement à la mise en accusation en 1999.

Les prétextes des républicains tenaient du ridicule.

Avant même qu'il ne soit élu, Trump s'en est pris impunément aux médias, déclarant que la presse était l'ennemi du peuple. "Son honneur, sa fidélité à la vérité ont effrayé ceux au pouvoir", a ajouté l'avocat. Hunter Biden avait siégé au conseil d'administration de Burisma, une société énergétique ukrainienne, alors que son père était vice-président des Etats-Unis.

Alors que les républicains applaudissaient à tout rompre, debout, les élus de l'opposition sont restés de marbre, certains ont boycotté l'événement, d'autres sont partis. "Notre stratégie a marché", a-t-il martelé, en évoquant ses récents accords commerciaux avec la Chine, le Canada et le Mexique.

Les dates clés de la procédure de destitution contre Donald Trump.

"Le président Trump est dans les faits un monarque à ce stade". C'est aussi pour cela qu'il voulait une "victoire libératrice". "Ce n'est pas propre aux républicains, mais aux présidents des deux partis".

Trump vient toutefois de vivre la meilleure semaine de sa présidence.

Le Congrès écoute le discours sur l'état de l'Union du président, à Washington, le 4 février 2020.

Pour sa part, l'ambassadeur Gordon Sondland a, lui, indiqué dans un communiqué, notamment relayé par le New York Times: "On m'a informé aujourd'hui que le président entendait me rappeler, à effet immédiat, en tant qu'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne [UE]".

"Dans une contribution au site d'informations Daily Beast, Rick Wilson, un consultant républicain opposé à M. Trump, imaginait mercredi un président " délivré " du poids de la destitution et rêvant de " vengeance ". Cerise sur le gâteau: les primaires de ses adversaires démocrates pour lui désigner un adversaire (lire ci-dessous) ont débuté lundi dans l'Iowa par un retentissant fiasco qui lui permet de rester sous la lumière des projecteurs, la position qu'il préfère.

Deux grains de sable ont néanmoins enrayé une démonstration de force que Donald Trump voulait totale. Rendez-vous en novembre.

Partager