Etats-Unis: Iowa, les candidats démocrates dans une course très sérrée

Partager

Bernie Sanders était en tête des sondages et avait failli remporter l'Iowa contre Hillary Clinton il y a quatre ans. Positionné au centre, Buttigieg s'est lancé l'an dernier dans la bataille pour être celui qui sera le grand rival de Donald Trump à la présidentielle de novembre. Les candidats vont comme d'habitude jeter l'éponge les uns après les autres dans les semaines qui viennent, et il faudra alors surveiller la répartition des votes entre d'une part les radicaux (à priori Sanders sera leur principal candidat) et les centristes (notamment Buttigieg et Bloomberg, si Biden disparaît, ce qui est désormais plus que possible).

Contrairement au processus républicain, les caucus démocrates exigent que les membres du parti se présentent dans leur circonscription et se déplacent physiquement dans les parties désignées d'une pièce afin d'exprimer leur préférence pour un candidat donné. Très souvent, le vainqueur dans l'Iowa remporte au final l'investiture de son parti, ce qui donnait à l'Etat, jusqu'à lundi soir, un statut quasi mystique de "faiseur de roi". Ces délégués seront réunis à l'échelon du comté, puis les délégués désignés par les comtés se réuniront à l'échelon de l'Etat, désignant in fine ceux (41) qui se rendront effectivement à la convention démocrate pour choisir le candidat. Lui seul pourrait rassembler le plus largement pour faire face au président. Les responsables du parti de l'Iowa avaient indiqué qu'ils n'enverraient pas la nouvelle application mobile aux présidents de circonscription avant les caucus, afin de réduire la fenêtre pour toute interférence.

Les onze candidats démocrates surfent, cette année, sur au moins deux tendances politiques: d'un côté, une aile gauche portée par Bernie Sanders, sénateur du Vermont, et de l'autre une frange plus modérée menée par Pete Buttigieg, maire de South Bend dans l'Indiana. Selon un coup de sonde du Pew Research Center, toutefois, ils sont encore loin de s'entendre sur l'identité de la personne qui affrontera Donald Trump.

Les républicains se mettront pour leur part en ordre de marche à Charlotte, en Caroline du Nord, du 24 au 27 août.

Trois jours après le fiasco du premier vote des primaires présidentielles démocrates dans l'Iowa, les candidats Pete Buttigieg et Bernie Sanders étaient jeudi au coude-à-coude, selon les résultats complets du parti qui n'a pas proclamé de vainqueur à ce stade.

Compte tenu du démarrage accidenté du vote dans certaines salles, comme celle-ci, les résultats mettent du temps à tomber dans la nuit glaciale de l'Iowa. "Que cette campagne se soit placée en tête de la course pour remplacer le président actuel (...) représente une victoire stupéfiante ", s'est exclamé l'intéressé à la vie des résultats partiels, devant des partisans du New Hampshire, prochain État à voter dans cette primaire, le 11 février prochain.

Suivent la sénatrice progressiste Elizabeth Warren (18,3 %) et l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, qui subit un revers avec seulement 15,9 % des délégués.

Chez les candidats plus modérés, l'ex-maire Pete Buttigieg a prononcé lui aussi un discours très offensif allant jusqu'à se dire "victorieux". À cet instant, Pete Buttigieg semble prendre conscience de l'énormité de sa performance, lui le premier candidat ouvertement homosexuel à briguer la présidence des États-Unis. " C'est une campagne qui a été beaucoup remise en question, on s'est demandé si on devrait être là, si on avait notre place dans la course".

Partager