Un premier cas détecté à Seattle aux États-Unis — Mystérieux coronavirus chinois

Partager

Depuis l'épidémie de SRAS, les autorités sanitaires mondiales sont mieux préparées à faire face à ce type de virus, de la famille des coronavirus. Plusieurs personnes ont déjà été atteintes et l'une d'entre elles, un homme de 61 ans, est décédée.

Des aéroports ont mis en place des contrôles pour limiter la propagation du virus, comme ici à Taïwan.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont basés sur le nombre de cas détectés jusqu'à présent hors de Chine - deux en Thaïlande et un au Japon - pour en déduire le nombre des personnes vraisemblablement infectées à Wuhan, sur la base des données des vols internationaux au départ de l'aéroport de Wuhan.

Les autorités chinoises multiplient les messages rassurants dans les médias officiels pour éviter la panique, mais le spectre d'un retour du Sras est dans tous les esprits. Notons que le virus continue de se faire remarquer en Chine. "On a l'impression qu'il y a eu beaucoup de nouveaux cas d'un coup, mais ce n'est pas ça qui s'est produit".

Quel est ce nouveau virus? D'autant que le déroulé est pour l'instant identique à celui du Sras. Néanmoins, "la gravité semble plus faible que le Sras".

Habituellement, les virus de type coronavirus se transmettent des animaux aux hommes, en cas de trop grande promiscuité. Les premiers symptômes du nouveau coronavirus sont la fièvre, la toux, une impression de resserrement thoracique et l'essoufflement.

En s'exprimant, Xi Jinping a libéré la parole sur une épidémie et un virus dont l'origine demeurait, mardi 21 janvier, mystérieuse.

L'avertissement du ministère fait suite à la confirmation par un expert chinois en maladies infectieuses que la maladie se transmettait entre humains. "Il est difficile de savoir qui a le virus et qui peut le propager". Il ne s'était pas rendu sur les marchés de Wuhan, et n'a pas fréquenté de personnes malades, selon les premières déclarations. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'exclut pas la possibilité d'une transmission humaine. Ce nouvel arrivant sur la scène des épidémies n'envoie pas tout le monde à l'hôpital dans des états graves, comme cela a été le cas en 2002 et 2004.

Mais que ce soit au niveau français ou européen, les autorités n'avaient pas, à ce jour, pris en compte, le fait que la transmission entre humains étaient désormais confirmée.

De nombreuses régions du pays sont touchées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin.

L'OMS ne se se montre pas surprise par le cas importé en Thaïlande.

Un virus également observé en Chine.

La ville de Wuhan a recensé ce mardi 15 contaminations parmi le personnel médical.

L'épidémie de pneumonies au Corona virus qui vient de se déclencher dans la province chinoise de Wuhan commence à s'étendre hors d'Asie.

Quelles sont les mesures de précaution déjà mise en place?

Les craintes de contagion alors que des millions de Chinois s'apprêtent à voyager pour les congés du nouvel an lunaire ont fait retomber les principaux indices mondiaux de leurs récents records. Rien que le week-end passé, le nombre de cas a triplé. Le président chinois a jugé "absolument crucial de faire un bon travail en matière de prévention et de contrôle épidémiologiques". Le contrôle est moins systématique dans les gares.

Des détecteurs de température pourront également être installés dans les sites très fréquentés, a-t-il annoncé.

Le port du masque s'est rapidement répandu en Chine ces derniers jours.

Partager