Décès de Jacques Chirac : "notre maison brûle" retient Kimelfeld à Lyon

Partager

Les hommages sont unanimes.

L'ancien président de l'Assemblée nationale Jean-Louis Debré se souvient de "l'homme de coeur" mais aussi d'"un grand combattant politique".

"Son enthousiasme, sa constante bonne humeur, sa gentillesse et sa détermination m'ont profondément marqué". Fervent défenseur du nucléaire, civil comme militaire, il avait déclenché une tempête internationale en relançant juste après son arrivée à l'Elysée en 1995 les essais nucléaires français dans le Pacifique.

"Il était formidable" dit un homme proche de la cinquantaine.

Sur Europe 1, Christophe Hondelatte propose jeudi après-midi une édition spéciale de Hondelatte raconte de 14 à 17h, avec 3 épisodes consacrés à la vie de Jacques Chirac, avant une spéciale de Nathalie Levy. "Puis, j'ai été son secrétaire d'Etat pendant de nombreuses années quand il devint Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing".

Avec la mort de Jacques Chirac, le Beaujolais a perdu un authentique supporter. Pour Christophe Dugarry, qui a bien évidemment vu débarquer Jacques Chirac pendant cette épreuve, le contact s'est fait naturellement et chaleureusement avec l'homme politique. Au final, il achève son septennat sur cinq ans de cohabitation belliqueuse avec Lionel Jospin qu'il a été contraint de nommer Premier ministre.

Le député de la Corrèze, l'ancien maire de Paris, l'ancien patron de la droite, le personnage fétiche des Guignols sur Canal+ (et le slogan "Mangez des pommes" évidemment), tout vous revient à l'esprit aujourd'hui sur les réseaux sociaux et lamontagne.fr .

"Il a toujours bousculé des situations inamovibles", a-t-il poursuivi. La Fédération Française de Football a publié un communiqué afin de lui rendre hommage. Tous nos chroniqueurs reviendront sur les multiples facettes du 22e président de la République: Chirac et le sumo, Chirac et les paysans, Chirac vu de l'étranger, etc.

Lire aussi: Seine-et-Marne.

"Les réactions se sont aussi fait entendre du côté des chefs de partis". Il aimait tellement la France, il aimait tellement le peuple.

Partager