Israël : le parti de Benny Gantz rejette l'offre de Benyamin Nétanyahou

Partager

L'appel de Netanyahu intervient après l'annonce des résultats des législatives israéliennes, n'ayant pas donné de vainqueur.

Selon les derniers sondages à la sortie des urnes, le Likoud de M. Netanyahu obtiendrait entre 30 et 32 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement israélien, contre environ 32 pour le parti Bleu-blanc de Benny Gantz.

Les résultats officiels des législatives de dimanche ne sont pas encore connus. Le stratège Netanyahou ne discute pas uniquement au nom de son parti, le Likoud, mais aussi au nom de l'ensemble du "bloc" de droite, incluant la liste de droite radicale Yamina et les formations ultra-orthodoxes Shass et Judaïsme unifié de la Torah. Il reste à décompter les votes de 14 bureaux où des irrégularités ont été signalées.

L'ancien chef des armées a argué qu'il était arrivé en tête des élections et qu'à ce titre, il ne se laisserait pas imposer des conditions par son rival de la droite.

D'après la chaîne, ce dernier aurait également envisagé d'annoncer lors d'un événement du Likud mercredi qu'il était ouvert à un gouvernement d'union, mais a finalement fait marche arrière.

Aujourd'hui, plus de 600 000 Israéliens mènent une coexistence auprès de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël. Mais celui qui est né en URSS, dans la République socialiste de Moldavie, ne semble pas vouloir donner son blanc-seing à un des candidats. "Pour que la paix puisse prévaloir, le prochain gouvernement devra se rendre compte qu'il ne saurait y avoir de paix ni de sécurité sans la fin de l'occupation: la Palestine à côté d'Israël sur les frontières de 1967", a déclaré, hier, le responsable palestinien. Une défaite pour Netanyahou qui avait obtenu 35 sièges en mai dernier tout comme la formation de Benny Gantz.

L'autre image forte de cette campagne est d'ailleurs peut-être celle du député arabe Ayman Odeh qui s'est approché, à la Knesset, à un poil de M. Netanyahu pour le filmer de façon intrusive avec son téléphone.

Une offre d'alliance surprise rejetée quelques heures plus tard par Benny Gantz.

Le Premier ministre israélien a publié une vidéo dans laquelle il implorait son adversaire par son prénom de coopérer.

Sur les ondes de radios locales, M. Netanyahu a vanté son bilan économique -le chômage est actuellement à un plancher historique de 3,7%- et appelé ses électeurs à voter en masse pour empêcher "la gauche et les Arabes" de prendre le pouvoir.

Cependant, Gantz n'a pas encore répondu à la proposition du Premier ministre israélien. Mais Bleu-blanc n'est pas encore assuré d'obtenir le soutien de la liste des partis arabes.

"Face à " Bibi", l'ancien général Benny Gantz, libéral sur les enjeux de société comme le mariage civil mais " faucon " sur les questions sécuritaires, joue la carte de la " probité", et pourrait miser sur une alliance de partis laïcs -de gauche et arabe- face au bloc de droite de Netanyahu et de ses alliés de partis juifs ultra-orthodoxes.

Partager