Groenland: Trump dénonce le ton "méchant" de la Première ministre danoise

Partager

"Ceci est une insulte à (la reine) Margrethe, au Danemark ", a déclaréSteen Gade, un cantonnier âgé de 55 ans. Depuis quelques jours, le projet d'acquisition du Groenland évoqué par Donald Trump a troublé les relations entre les deux parties.

Immense territoire glacé, le Groenland ne présente à première vue qu'un attrait limité.

D'autres au contraire estiment que Trump envisage réellement d'intégrer le territoire semi-autonome aux Etats-Unis, qui y possèdent une base aérienne, à Thulé, leur site militaire le plus septentrional. Pour ce spécialiste de l'Arctique, il faut aussi voir dans la séquence une manifestation de la rivalité entre Washington et Pékin.

"Selon le président américain, les Etats-Unis luttent contre Daesh à des milliers de kilomètres de distance".

D'autres politiques danois ont directement remis en cause la santé mentale du président américain. Les importants gisements de pétrole, d'hydrocarbures, d'or et de terres rares intéressent donc forcément Donald Trump. Plus tôt dans la journée de lundi, le fils du président publiait la même image, assortie du commentaire: "Je ne sais pas vous, mais j'adore l'idée d'acheter le Groenland", suivi d'une flopée d'émojis.

Mme Frederiksen a dit qu'elle se tient derrière le gouvernement du Groenland. De plus, le réchauffement climatique aidant, l'Arctique est devenu plus accessible. Ce n'est pas la première fois que les États-Unis tentent de mettre la main dessus. Son économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague. Mais il regorge de ressources naturelles et dispose d'une situation géographique stratégique.

Les minerais du Groenland ne suffisent pas à garantir l'indépendance économique du pays.

Derrière les piques diplomatiques se cachent un intérêt bien réel des Etats-Unis pour ce territoire. Quasiment vierge, cette île de l'Arctique appartenant au Danemark et où réside 56.000 habitants, est pleine de réserves inexploitées d'hydrocarbures.

Les convoitises de Donald Trump ont été peu appréciées au Danemark, où la classe politique n'a pas tardé à réagir.

Territoire d'outre-mer du royaume du Danemark le Groenland bénéficie depuis le 21 juin 2009 d'un statut d'autonomie renforcée susceptible de le conduire à une indépendance.

Après la sortie du président américain, le Groenland avait fait savoir, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, que le pays était "ouvert aux affaires, pas à la vente".

Partager