Quintana s’impose en solitaire, Alaphilippe garde son maillot jaune

Partager

Thibaut Pinot, qui était un des prétendants à la victoire finale, était en grande difficulté ce vendredi dès les premières pentes de la 19e étape du Tour de France, très montagneuse, entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes.

Julian Alaphilippe, le coureur français de la Deceuninck - Quick-Step, a été élu par le public. Une étape où son lot de dramaturgie a atteint son paroxysme après seulement 36 kilomètres de course. Cruel pour celui qui avait déjà abandonné en 2016.

Il n'y aura pas de podium à Paris pour Julian Alaphilippe.

C'est l'homme de ce 106e Tour de France! Il ne comptait que 38 secondes de marge sur le 4e, Steven Kruijswijk. Pourtant, le rêve s'est envolé dans les dernières journées dans les Alpes où le coureur de 27 ans n'a rien pu faire face à la supérioté d'Egan Bernal (Team Ineos).

Dans la descente, le Colombien de l'équipe Ineos a vu revenir le Britannique Simon Yates. Seul. Dix, trente, quarante-cinq secondes. Confrontés à une situation inédite, le jury des commissaires a tranché: les temps ont été pris au sommet de l'Iseran, le "toit" du Tour à l'altitude de 2770 mètres.

La suite, on la connaît. Mais l'étape a été arrêtée au sommet de l'Iseran, à cause de l'orage!

Dans cette longue étape de 208 kilomètres, la sélection a commencé à se faire dans l'Izoard où l'équipe de Mikel Landa a durci l'allure. Egan Bernal a pris le maillot jaune. Heureusement, Romain Bardet sera sur le podium avec le maillot à pois du meilleur grimpeur.

Placé un peu plus aux avants postes, le Nordiste Willy Wojtinek, qui pilote la moto fraîcheur chargée de ravitailler les coureurs en eau, témoigne lui aussi: " Franchement, sur le coup, quand ils ont annoncé qu'on stoppait tout parce qu'il y avait un éboulement et un torrent de boue, cela semblait invraisemblable.

Avant que deux étapes tardives ne soient tronquées par des glissements de terrain et une tempête de grêle, le Tour de France 2019 a émerveillé presque tous les jours, faisant en sorte que l'odyssée de trois semaines à travers la Belgique et la France restera longtemps gravée dans les mémoires.

Partager