Facebook lance sa monnaie virtuelle — E-consommation

Partager

Avec 2,3 milliards d'utilisateurs actifs, Facebook était déjà devenu une planète à part entière dans la Planète, avec ses codes, son langage, ses anniversaires, ses icônes, etc. Facebook lancera son propre portefeuille par l'entremise de sa nouvelle division Calibra, mise en place pour gérer les projets de cryptomonnaie du réseau social, et PayPal devrait aussi lancer le sien.

Selon les informations du Wall Street Journal, Facebook aurait acté le soutien d'une douzaine d'organisations financières de premier plan pour le lancement de sa cryptomonnaie.

Après le Bitcoin, le Libra?

Facebook assure que les informations financières stockées dans le portefeuille virtuel Calibra disponible sur ses différentes applications seront strictement séparées de celles détenues par l'entreprise du réseau social. La cryptomonnaie du géant de l'internet servira à acheter des produits ou des services directement sur Facebook, Messenger, Whastapp et, à terme, Instagram. Les devises utilisées permettront d'assurer une garantie à la monnaie virtuelle et pourront être récupérées selon une indexation de leur valeur. Comme la valeur de la Libra sera liée à un panier de monnaies, le taux de change vers une devise donnée pourra varier, mais l'association pourra modifier la composition du panier pour corriger les effets d'une crise économique dans un pays précis.

Contrairement au bitcoin, le (ou la?) Libra ne sera pas une monnaie spéculative. "Ça fait dix ans qu'on parle de blockchain et de bitcoin mais on n'a pas vu de réelle application, alors que le potentiel est énorme".

Pour la monnaie électronique Libra, Facebook a créé une filiale, Calibra, qui proposera en 2020 un porte-monnaie électronique sur iOS et Android. Un scénario encore bien lointain. Facebook disposera donc d'un système de paiement en ligne sans frais ni transactions internationales. Toujours d'après le quotidien anglais, une lettre signée de la main du Ministre français de l'Economie et des Finances et du gouverneur de la Banque de France invite la "task force" à étudier la question du contrôle des pratiques de blanchiment d'argent.

Il n'y a qu'un pas pour que Facebook ringardise toutes les fintechs, l'industrie bancaire et les Etats d'un seul coup.

"Libra" doit offrir un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires et financiers traditionnels.

Facebook a dévoilé ses plans en ce qui concerne le lancement avec de nombreux partenaires d'une monnaie virtuelle baptisée libra.

Facebook rappelle être encore au début du processus de développement de Calibra.

Contesté pour son exploitation des données personnelles de ses utilisateurs, le groupe de Mark Zuckerberg s'efforce de donner des garanties sur son projet, dont le but est "de développer une devise et une infrastructure financière mondiales simples, au service de milliards de personnes".

S'attaquer à un univers aussi sulfureux que les cryptomonnaies peut néanmoins sembler osé pour un groupe qui souffre déjà lui-même d'une grave crise de confiance, entre gestion des données personnelles, piratages et accusations de monopole.

"Nous prendrons également des mesures pour protéger votre vie privée". S'il s'agit en revanche d'une monnaie souveraine, ça ne peut pas être le cas.

Partager