La France sera prête — Brexit sans accord

Partager

Ils disposent ensemble de la majorité absolue. Infrastructures nécessaires au rétablissement des contrôles aux frontières d'ici au 29 mars, date prévue de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Les députés travaillistes ont généralement appuyé l'argument de Corbyn selon lequel l'accord de May était mauvais pour le pays. Vu l'ampleur dantesque du rejet de l'accord par Westminster (par 230 voix d'écart), c'est la seule option qui permettrait aux représentants britanniques de trouver une sortie par le haut. La Première ministre anglaise a jusqu'à lundi pour présenter devant la Chambre un "Plan B".

Parmi ceux qui ont voté contre l'accord, il y avait des supporters du Brexit intransigeants et des conservateurs inflexibles, ainsi que d'anciens ministres qui ont démissionné à la suite du plan de May.

Le leader des travaillistes, Jeremy Corbyn, a catégoriquement exclu de la rencontrer tant que ce n'est pas le cas. "Il n'y a aucun signe que la première ministre veuille trouver un compromis", a-t-elle fustigé sur Twitter, après sa rencontre avec elle dans la matinée. Mais Mme May doit maintenant "tirer les leçons" du rejet de son texte au Parlement, a prévenu le député du DUP Nigel Dodds. Dans ce dernier scénario, les relations entre le Royaume-Uni et le continent changeraient radicalement du jour au lendemain, le 29 mars, pour se calquer sur les règles minimums de l'OMC.

La Repubblica: "A ce stade, un plan B est urgent". "Une humiliation complète", titre The Telegraph, tandis que le tabloïd The Daily Mail juge que Theresa May "lutte pour sa survie". C'est une hypothèse intéressante puisque le projet des Brexiters, les partisans d'un " Brexit dur " [un Brexit sans accord avec l'Union européenne] ne convainc pas jusqu'à présent.

Avant le vote, la fébrilité a régné toute la journée autour du Parlement, où se sont rassemblés militants pro et anti-Brexit, drapeaux du Royaume-Uni ou de l'UE à la main. Les discussions se poursuivront jeudi.

Plus de 170 figures du monde économique réclament eux une nouvelle consultation des Britanniques sur le Brexit. Elle estime qu'il n'existe que "deux manières d'éviter un 'no deal'": le vote d'un accord au Parlement ou l'"annulation des résultats du référendum" de 2016. L'Irlande et la France ont également pris des dispositions en ce sens. La Première ministre Britannique s'oppose pour le moment à cette probabilité. Ces préparatifs "sont désormais mis en œuvre par le gouvernement". Les services des douanes pourront également apporter de très nombreux conseils aux entreprises pour l'organisation de leur relations commerciales avec des pays à l'étranger.

Vous avez aimé cet article?

Partager