Nécrologie : La chanteuse Aretha Franklin n’est plus…

Partager

"La musique pop contemporaine est riche de voix gospel et de chanteuses issues du moule créé par Aretha", écrivait Jerry Wexler, mort en 2008, dans son autobiographie.

Mémorial improvisé devant son église à Detroit. White lui répliqua de ne surtout pas le présenter de la sorte à Aretha Franklin, qui n'aimait pas qu'on pense "qu'elle écrit des chansons sexy". Des anonymes sont venus déposer fleurs, ballons ou ours en peluche. Hier, Aretha Franklin, couronnée depuis longtemps du titre de "reine de la soul", s'est éteinte dans son appartement de Détroit, où les médecins l'avaient placée en soins palliatifs, annonçant ainsi avoir perdu tout espoir de la voir triompher du cancer contre lequel elle a lutté pendant plusieurs années.

Insatisfaite de son travail au sein de la prestigieuse maisons de disques, elle se tourne alors vers Atlantic Records, qui connait parfaitement l'énorme potentiel de la chanteuse. À l'intérieur de l'église aussi, les prières fusent. A cette époque, une rumeur affirme que le père de Clarence n'est autre que le propre père d'Aretha Franklin, et que c'est la raison pour laquelle elle n'a jamais dévoilé l'identité à son fils.

Sa mort le 16 août a ému le monde entier. La musique d'Aretha. Bienvenue à Détroit.

C'est toute une ville qui est en deuil. Un single numéro 1 aux Etats-Unis qui lui permet de remporter deux Grammys et de lui valoir le surnom de "Queen of Soul" ou encore de "Lady of Soul".

Vendredi, les admirateurs de la diva continuaient à témoigner de leur admiration à la New Bethel Baptist Church, l'église de son père pasteur située dans un quartier mal famé de la capitale américaine de l'automobile. Elle y enregistre son premier album solo The Electrifying Aretha Franklin. Aretha Franklin baigne alors dans cet univers si particulier du gospel. C'est plus particulièrement à la station Franklin Street (créée en l'honneur d'un des pères fondateurs des États-Unis, Benjamin Franklin) que le métro s'est paré d'un décor improbable. Si Aretha Franklin a toujours nié avoir voulu faire de Respect un morceau engagé, il faut bien se rendre à l'évidence: elle est devenue (peut-être malgré elle) un véritable symbole pour toutes les femmes cherchant l'égalité ou la reconnaissance de leurs droits. "Prenons tous un moment pour remercier la vie fabuleuse d'Aretha Franklin, la reine de nos âmes, qui nous a tous inspirés pendant tant et tant d'années", a tweeté l'ancienne icône des Beatles Paul McCartney.

La NASA, l'agence spatiale américaine, a elle aussi rendu hommage à la légendaire chanteuse, soulignant qu'un astéroïde portait son nom. "Nous sommes attristés par la perte d'Aretha Franklin". Elle passera la plus grande partie de sa vie à Détroit, dans le Michigan. Le président américain Donald Trump a lui salué sur Twitter "une femme exceptionnelle qui a bénéficié d'un merveilleux bienfait de Dieu, sa voix".

Partager