Emmanuel Macron raconte sa "relation très spéciale" avec Donald Trump

Partager

Après avoir reçu Donald Trump en France, le 14 juillet dernier, c'est au tour d'Emmanuel Macron de se rendre aux États-Unis pour rencontrer le président américain. Les deux hommes apparaissent toutefois unis sur ce front et devraient trouver une solution de moyen terme.

Malgré ce grand écart de style, Emmanuel Macron peut se targuer aujourd'hui d'être le seul Européen, voire peut-être même le seul dirigeant occidental à avoir su dompter, par moments, son homologue américain.

La présidence française s'est quant à elle exprimée sur le volet syrien de la discussion entre les deux présidents.

→ Sujet le plus brûlant: l'accord nucléaire iranien.

" Je crois que Trump et Macron doivent se rencontrer également avec une ouverture d'esprit et un esprit critique sur ce qui se passe ailleurs et la capacité d'en discuter pour ouvrir l'avenir", estime pour sa part Simone Bateman, chercheuse au CNRS. Mais nul ne sait si ces propositions suffiront à faire évoluer le président américain d'ici le 12 mai, lorsqu'il tranchera. En revanche, l'aisance d'Emmanuel Macron avec cette langue est devenue un outil diplomatique.

Dans une interview accordée au lendemain de son investiture aux journaux conservateurs, le britannique The Times et l'allemand Bilt, Donald Trump avait considéré que l'Otan "est obsolète", la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel "une erreur catastrophique" et voyait dans le Brexit "un succès", un exemple que d'autres pays allaient suivre. Alors que Donald Trump menace depuis plusieurs mois de "déchirer" l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2005, Macron souhaite plutôt compléter cet accord. Sur une délégation de près de 50 personnes annoncées au programme officiel de la visite d'Etat, dix "personnalités du milieu culturel " sont recensées, soit le plus grand groupe derrière les quatorze invités des "milieux économiques " énumérés dans le document.

Le président français s'apprête à offrir à Donald Trump une bouture d'un chêne du Nord de la France.

" Je veux lutter contre les missiles balistiques, je veux contenir son influence régionale", a assuré à propos de l'Iran M. Macron, qui compte dire à son homologue américain: " ne quittez pas l'accord tant que vous n'avez pas de meilleure option pour le nucléaire, et complétons-le ".

Plus que le simple respect des coutumes, le cadeau offert au chef d'Etat visité est souvent porteur d'une signification symbolique.

Comment la France se positionne-t-elle face à Donald Trump? Emmanuel Macron a donc profité de ce vide.

Partager