L'UE réclame une "protection totale" des données personnelles — Facebook

Partager

L'affaire " Cambridge Analytica " concerne le vol de données de 50 millions d'utilisateurs afin d'établir des profils psychologiques. Il a également ajouté qu'il est de la responsabilité de l'équipe Facebook que cela ne se produise plus. Selon lui, Facebook n'avait aucun moyen de savoir si les firmes qui recevaient les informations adhéraient aux règles de protection des données personnelles, a-t-il relevé. L'entreprise est mise en cause dans les révélations sur l'utilisation indue de données d'une cinquantaine de millions d'usagers, et se fait donc attaquer de toutes parts.

"Cela ne va pas suffire", a sèchement commenté, sur Facebook d'ailleurs, un élu démocrate à la Chambre des représentants américains, David Cicilline, pour qui Mark Zuckerberg "devrait s'exprimer devant le Congrès américain".

Mark Zuckerberg a été prié de venir s'expliquer devant des députés britanniques qui lui ont donné jusqu'à lundi pour répondre.

Le scandale Cambridge Analytica n'en est qu'à ses balbutiements et les enquêtes des différentes autorités de régulation seront à suivre avec précision. Marl Zuckerberg a déclaré que cette société "mène une enquête avec les régulateurs ".

Mark Zuckerberg a ensuite affirmé que Facebook examinera toutes les applications qui ont eu accès à de gros volumes de données avant 2014, ainsi que toutes les applications présentant des activités suspectes et radiera tous les développeurs qui refuseraient d'être examinés. Les groupes technologiques vont devoir demander beaucoup plus d'autorisations à leurs utilisateurs pour l'exploitation de données.

Les développeurs d'application ont parfois légalement accès à vos données.

Déconnecter le compte permet de revenir à son compte intact en cas de remords, en laissant une présence minimale sur internet: "votre profil sera désactivé et votre nom et vos photos n'apparaîtront plus dans la plupart de vos publications" passées, mais certains contenus comme les messages échangés avec les amis, resteront accessibles aux tiers, explique Facebook. Et de conclure: "Je pense que c'est un signal clair qu'il y a un problème de confiance majeur pour les utilisateurs".

Des moteurs de recherche comme Firefox ou Safari proposent une protection contre le pistage. ll est plus difficile pour Facebook et Google de continuer à vous surveiller -à l'aide notamment de cookies et de publicités- si vous avez cette fonction. Parmi elles, la sénatrice américaine Amy Klobuchar qui considère que "ces plateformes (technologiques) ne peuvent se réguler elles-mêmes". Je veux réellement faire ce qu'il faut pour protéger notre communauté. De plus, les chiens de garde sont bien beaux de critiquer Cambridge Analytica d'avoir "aidé" à Trump à "gagner" avec ce profilage des utilisateurs alors que les mêmes chiens de garde avaient remué joyeusement la queue en saluant l'initiative quand Obama avait fait de même en 2012.

Partager