Unai Emery mécontent de l'arbitrage de ce mercredi — PSG

Partager

Sur un siège éjectable. Mais, face à la presse ce vendredi à la veille de la réception de Strasbourg en Ligue 1, Unai Emery a tenté de minimiser la portée de son choix.

Les coéquipiers de Neymar vont après prendre l'avantage par l'entremise d'Angel Di Maria (23e), qui n'avait pas joué à Madrid.

Le PSG s'en est allé du Bernabeu la queue entre les jambes. Oser, c'est bien. Mais quand on perd au final, cela se retourne souvent contre vous. ", a lâché Jorgelina Cardoso, compagne d'Angel Di Maria". Quand j'ai décidé que Kimpembe jouerait, j'ai parlé avec Thiago Silva, Kimpembe et Marquinhos, mais c'était un choix tactique. Alors que le Real et le PSG étaient à la lutte (1-1), Unai Emery décidait de se passer des services de l'attaquant Uruguayen (75e), en faisant rentrer Thomas Meunier. À croire que son équipe s'est faite dominer par les Merengue ou qu'il était lui-même sur la pelouse durant les dix dernières minutes, il est vrai favorables aux espagnols. Les époux auront beau dire que ce ne sont pas eux qui ont communiqué, que ce ne sont pas eux qui ont fait part de leurs états d'âme, ça va quand même forcément leur revenir en pleine tronche tel un boomerang. "Je crois en notre équipe, on a la possibilité de faire souffrir le Real", confiait-il au micro de Bein Sports. Mais son absence du XI n'a surpris personne puisque tout le monde savait qu'Emery allait aligner son trio magique, Mbappé-Neymar-Cavani.

Les attaquants du Real Madrid Cristiano Ronaldo et du PSG Neymar se saluent avant le match de Ligue des champions le 14 février 2018 au stade Santiago Bernabeu

"Il a une personnalité qui fait qu'il essaie de montrer ses qualités tous les jours, à chaque match", avait d'ailleurs plaidé 'Marqui' la veille du match, interrogé sur son compatriote Thiago Silva. Unai Emery a encore 90 minutes pour renverser la situation.

L'entraîneur de 46 ans a beau être très respecté en Espagne, notamment pour ses performances avec Séville, sacrée trois fois consécutivement en Europa League, il n'est pas - ou pas encore - un grand nom du football mondial, contrairement aux entraîneurs vedettes type Pep Guardiola ou Zinédine Zidane. Et la femme du défenseur brésilien n'a visiblement pas trop apprécié la surprise.

Si ses hommes ont longtemps tenu tête au Real à Madrid, ils ont fini par s'incliner assez lourdement en toute fin de match (1-3).

Partager