Réforme du Bac : les principales propositions

Partager

L'année scolaire se diviserait en semestre.

Très intéressant même s'il est moins médiatisé, le rapport de Pierre Mathiot propose de profiter de cette réforme du bac pour transformer l'organisation de l'enseignement dans les lycées généraux et technologiques. Il préconise de réformer le baccalauréat général en le limitant à cinq épreuves finales et un contrôle continu. Ce qui conduit trop de jeunes issus de milieux modestes à négliger l'étape d'après, le choix de leur orientation future.

Quant au baccalauréat, pour s'inscrire dans les objectifs que le président de la République s'était fixés alors qu'il était encore candidat, Pierre Mathiot préfère privilégiée l'idée d'un baccalauréat en cinq épreuves (dont celle du français maintenue en 1ère). Les élèves choisiraient dès la Première deux disciplines "majeures" et deux disciplines "mineures". En terminale, l'examen de philo se tiendrait à la mi-juin. L'AFP précise que cette épreuve s'apparente au TPE actuel (travail personnel encadré, passé en Première), "en version XXL". "Pas seulement dans la perspective de l'élève de se préparer aux exigences de l'enseignement supérieur, mais aussi dans celle de trouver un stage, de trouver sa place dans l'espace social", a déclaré Pierre Mathiot. Le jury sera composé de deux enseignants du lycée et une personnalité extérieure à l'Éducation nationale. Le nouveau bac prendrait aussi en compte, pour les 40% restants, les résultats obtenus par les élèves en classes de Première et Terminale, lors d'épreuves ponctuelles et/ou sur les bulletins de classe. Quelle part réserver au contrôle continu, alors que les débats s'enflamment dès qu'on parle de " bacs maison " - le bac d'Henri IV face à celui d'un lycée en éducation prioritaire - et non plus d'un examen national? En effet, le baccalauréat pourrait ne compter plus que quatre épreuves à passer, le total comptant pour 60% de la note globale. C'est grâce à ces nouveautés de matières majeures et mineures que la suppression des filières va être possible. Des éléments à faire valoir pour convaincre les responsables des établissements du supérieur que l'on présente bien les " attendus " désormais exigés dans les formations visées. Voici ce qui pourrait alors changer. Une évaluation qui, selon Jean-Michel Blanquer, aura aussi "une forme agréable et ludique ". Adieu L, ES et S?

#4: Un troisième module dédié à la méthodologie et à l'orientation en vue du grand oral (expliqué plus bas).

Partager