Trump blâme les démocrates — Paralysie budgétaire

Partager

Mardi, le président était en bonne position. Fera-t-il demi-tour en cas de shutdown? Il voulait une approche bipartisane. Le camp démocrate propose lui une extension plus limitée, de cinq jours seulement, pour contraindre les deux partis à s'engager sérieusement dans des négociations sur le dossier de l'immigration.

Mais Donald Trump n'est pas un bouffon de réseaux sociaux.

Car c'est bien le sujet de l'immigration qui a fait basculer les Etats-Unis vers la paralysie.

Un an de présidence Trump. Des déclarations qui ont déclenché une polémique mondiale. Ce que les démocrates n'ont pas manqué de lui rappeler ces dernières heures.

La Maison Blanche et les deux chambres sont engagées dans une difficile négociation avec les démocrates pour faire passer un budget et éviter que le gouvernement fédéral ne ferme à la fin de cette semaine.

Chez les démocrates et les républicains, on se renvoie la balle.

Le montant de la facture sera directement fonction de la durée du "shutdown ".

Les droits de "Feu et Fureur: Trump à la Maison Blanche" ont été rachetés par Endeavor Content. Le portrait à charge du président américain, sera donc bientôt bientôt sur petit écran.

Ce projet est brûlant d'actualité et pourrait se révéler des plus passionnants, à condition que le public accepte d'en découvrir davantage sur la déjà très longue liste de défauts et d'actes condamnables du président américain. "Le président est le leader, il doit réunir tout le monde dans une pièce et il doit diriger". Et il faut être un leader. Les démocrates essentiellement. En septembre, ils avaient obtenu l'assurance du président Trump qu'il y ajouterait une clause permettant aux 700.000 enfants d'immigrés clandestins latinos de ne pas être expulsés.

Pour l'ancien vice-ministre des Affaires étrangères de Corée du Sud, Séoul est dans un état de vigilance maximum, non seulement en raison de la menace nucléaire de Kim Jong-un, mais à cause de Trump et de son imprévisibilité. Cette troisième version avait été signée le 24 septembre, puis suspendue le 17 octobre, la veille de son entrée en vigueur, par un juge de Hawaii.

Enfin, si les marchés n'ont montré aucun signe d'inquiétude à l'annonce du "shutdown ", l'activité des entreprises va connaître d'évidentes difficultés, surtout si la situation devait se prolonger au-delà du week-end. Globalement, le pays tourne au ralenti et l'économie en subit les conséquences, avec des pertes qui peuvent se chiffrer à plusieurs milliards d'euros si le shutdown s'installe dans la durée.

Partager