Vexé par les sifflets, Neymar rentre directement aux vestiaires — PSG-Dijon

Partager

Le Brésilien s'est fait l'auteur de son 1er quadruplé en France dont un somptueux coup-franc. Il s'agit de la plus large victoire du club de la capitale cette saison et le deuxième plus gros carton de son histoire récente après le 9-0 infligé à Troyes le 13 mars 2016. Les supporters espéraient bien entendu voir l'attaquant urugayen dépasser Zlatan Ibrahimovic au palmarès des buteurs du club.

"Je suis sûr que ça va être une affaire d'État et qu'on va plus parler de ça que de la qualité du match du PSG et de la prestation XXL de Neymar". Ce n'est que partie remise.

En laissant la balle à Cavani, Neymar aurait pu faire un "très beau geste, fair-play", a reconnu Thomas Meunier. Dans le vestiaire, il profitait simplement du moment et de son quadruplé. Il en est désormais à 15 réalisations en championnat, 24 toutes compétitions confondues. Tout partait pourtant sur de bons rails grâce à un but de Junior Alonso juste avant la pause (41e).

Un joueur qui se fait siffler après avoir marqué quatre buts et délivré deux assists, c'est probablement inédit. Ces sifflets sont-ils pour autant justifiés?

Et enfin, il y a Angel Di Maria.

L'Argentin, préféré à Kylian Mbappé, entré en jeu à la 68e minute, a ouvert le score en logeant dans le filet opposé une magnifique frappe enroulée pour lober un Baptiste Reynet trop avancé (4e, 1-0).

Unai Emery a enfin fait tourner. Face à Dijon, Neymar a démontré à quel point il pouvait porter le PSG sur le terrain.

Partager