Harrison Ford oublie le nom de Ryan Gosling, la honte

Partager

Terrorisé de la première à la dernière image à la perspective de ne pas être à la hauteur de son illustre modèle, le réalisateur Denis Villeneuve a donc décidé de mettre le paquet sur le mode: "Faut pas me prendre pour un banal faiseur de blockbusters hollywoodiens: je suis un auteur, moi, et je viens du Canada, s'il vous plaît".

En 1982 sortait Blade Runner, un projet cinématographique inspiré d'une nouvelle de Philippe K. Dick et porté à bout de bras par un certain Ridley Scott (Alien, Prometheus, Gladiator). Mais faisons fi de l'affect et tâchons de disséquer rationnellement ce qui cloche dans le pavé excessivement long du réalisateur canadien.

Résumé officiel de " Blade Runner 2049 ": 30 ans après les évènements du premier film, un nouveau blade runner, l'offier K du L.A.P.D (police de Los Angeles) déterre un secret longtemps caché et qui a le potentiel de plonger ce qui reste de la société dans le chaos. Fallait-il offrir une suite à un film qui se suffisait à lui-même?

K (Ryan Gosling) fait partie de cette force d'intervention d'élite, chargée de détruire ces androïdes créés par bioingénierie. Il "creuse" aussi davantage et se veut multi-strates. Mais il a fait Enemy (thriller psychologique de jumeau avec Jake Gyllenhaal), Sicario (film de flics dopé et social avec Emily Blunt), Prisonners (pendant humain et sincère de Taken, avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal) et Premier Contact (science-fiction intelligente et recherchée avec Amy Adams et Jeremy Renner). Outre la tradition qui ne sera pas tout à fait respectée, le récent de l'événement est bien maintenu. En 2049, Ryan Gosling (jeune, mais pas mal) reprend le boulot de Harrison (vieux, mais très bien) et tombe sur un truc chelou: un humain et une androïde auraient eu un enfant -où est-il?

Filmé en gros plan, un œil s'ouvre. La sortie en Belgique n'est pas non plus reportée: le film sera au cinéma le 18 octobre.

Tout en évitant un copier-coller de l'ambiance mémorable du film de Ridley Scott, l'atmosphère de "Blade Runner 2049" est électrique, envoûtante et oppressante. Le casting accueille également Jared Leto (Niander Wallace) et Ana de Armas (Joi). Cette architecture brutaliste de béton et de verre est magnifiquement photographiée par Roger Deakins, chef opérateur attitré de Denis Villeneuve et des frères Coen, selon deux tonalités: un jaune orangé qui semble chargé de radioactivité et un bleu métallique, froid comme la nuit.

Quant à la bande originale, elle n'est pas de Jóhann Jóhannsson comme prévu. Détail révélateur: c'est l'un de ces morceaux que Villeneuve recycle pour accompagner l'un des pics émotionnels du final. Blade Runner 2049 n'est clairement pas un mauvais film, mais il ne sera rien de plus qu'une suite appréciable puis oubliable. "Tant d'autres films ont volé des idées à "Blade Runner", mais ils ne pourraient jamais voler son âme". A la fois sublime et très noir, romantique et tragique, hallucinant et révolutionnaire, "Blade Runner 2049" est déjà entré dans la légende et devrait "aller plus loin", dans tous les sens du termes, que l'opus original.

Partager