La droite se renforce, Emmanuel Macron rate la marche — Sénatoriales

Partager

Le Sénat (348 sièges) est renouvelable par moitié tous les 3 ans: les 44 départements (circonscription sénatoriale) allant de l'Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales auxquels s'ajoutent ceux d'Ile-de-France et d'Outre-mer sont concernés ainsi que 6 des 12 sénateurs des Français de l'étranger. Reste à savoir s'il le fera avant la séance d'ouverture des travaux du Sénat, lundi 2 octobre, qui sera présidée par le doyen d'âge, à qui revient l'honneur - très convoité - de prononcer le discours avant l'élection du président du Sénat. Ces trois pronostics ont été démentis par les résultats de dimanche soir. Parfois avec des calculs tactiques pour empêcher les "partis anti-gouvernementaux" d'arracher l'ultime siège attribué à la plus forte moyenne.

Le groupe communiste que certains croyaient voués à la disparition est en mesure de maintenir avec plus de dix membres.

Les écologistes, dont le groupe avait disparu en juin après avoir compté dix élus, sont désormais quatre. Nous partons d'une page blanche.

Tous les résultats des élections sénatoriales sont disponibles via la carte ci-dessous. "Mais la première élection pour La République en marche, ce seront les élections de 2020, quand nous aurons des électeurs En Marche issus des conseils municipaux, des conseils généraux que nous n'avons pas aujourd'hui".

En France, un sénateur est élu pour une durée de six ans. La droite ayant remporté les municipales de 2014, il était attendu qu'elle renforce sa majorité au Sénat, qu'elle détient avec les centristes.

Pour le vice-président Vincent Capo-Canellas, les sénateurs MoDem appartenant au groupe "sont sur la même ligne sur le maintien dans la majorité sénatoriale". Des sénateurs LR ont déjà déposé les statuts d'une association, première étape vers la constitution d'un groupe de "Constructifs" à l'image de celui créé à l'Assemblée nationale. Loin des 50 élus encore officiellement espérés il y a quelques jours à peine, le groupe LREM a même perdu des sièges par rapport aux forces en présence disponibles avant le renouvellement de la chambre haute. Le scrutin était effectivement difficile pour le jeune mouvement, d'autant que 19 des sièges acquis à sa cause avant les élections étaient remis en jeu.

Le vote indirect favorise en effet un traditionnel clivage droite-gauche que La République en marche, née il y a 18 mois, entend bouleverser même si sa majorité absolue à l'assemblée nationale, qui a le dernier mot, lui permet de procéder à la plupart des réformes en cas de désaccord avec le Sénat.

Défaits à la présidentielle et décimés aux législatives, les socialistes s'en sortent plutôt bien avec environ 70 sièges, contre 86 dans l'assemblée sortante, ce qui lui assure la place de deuxième groupe parlementaire au Sénat.

A-t-elle déclaré sur Public Sénat.

"Déjà au moins dix sénateurs élus/réélus: face à #Macron, nous continuerons d'être la voix du peuple au @Sénat" ont tweeté les élus communistes.

Mais, a défaut d'obtenir un groupe dominant au Sénat, LREM pourrait se satisfaire d'une éventuelle division à venir au sein des groupes de la droite et du centre qui forment la majorité actuelle au sein de la Haute Assemblée.

Seule ministre du gouvernement Philippe en position éligible, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur (LREM/MoDem), a été réélue dans le Loir-et-Cher.

Partager