HTC revend une partie de ses activités à Google

Partager

"HTC a été un partenaire de longue date de Google et a créé certains des plus beaux appareils premium du marché", a déclaré Rick Osterloh, vice-président principal du Hardware chez Google.

Une partie de la section R&D "Powered by HTC" du fabricant de téléphones tawaïnais HTC, soit l'équipe derrière les smartphones Google Pixel et Google Pixel XL, va être rachetée par Google pour 1,1 milliard de dollars. Avec cet accord, une équipe de talent de HTC rejoindra Google, notamment la division responsable du hardware.

HTC mise sur une femme pour se réinventer HTC pourrait se séparer de ses activités dans la réalité virtuelle Google dégaine les smartphones Pixel face à l'iPhone 7 Notre avis sur le smartphone Google Pixel: "Pourquoi ignorer ainsi la France?" . Selon le journal américain, Google va verser 1,1 milliard de dollars pour ce rachat partiel. Le fabricant taiwanais a été le premier à intégrer Android, le système d'exploitation Google au sein de ses smartphones. Cet achat permettra également à Google d'utiliser, de manière non exclusive, les licences de propriété intellectuelle de HTC. L'accord témoigne de la relation stratégique d'une décennie entre HTC et Google sur le développement de smartphones haut de gamme. Cinq ans après s'être emparé de l'américain Motorola pour finalement s'en débarrasser deux ans plus tard, en 2014, au profit du chinois Lenovo, le géant américain signe une nouvelle acquisition sur un marché des smartphones archiconcurrentiel et toujours dominé par Apple et Samsung.

Une période se tourne mais est-ce une bonne chose cette position monopolistique de Google?

Ce n'est encore que des bruits de couloirs, mais comme il n'y a pas de fumée sans feu, on est en droit de se dire en tout cas, que quelque chose de négatif pour son avenir se trame au siège de HTC.

HTC garde toutefois son autonomie dans le domaine des objets connectés, et continuera à travailler dans le domaine de l'intelligence artificielle et sur son casque de réalité virtuelle Vive.

Partager