Alves a invité tout le vestiaire au restaurant après l'affaire Cavani/Neymar — PSG

Partager

Car s'il n'y arrive pas, cette accumulation de stars risque de ne pas fonctionner, comme on a pu le voir une dizaine d'année auparavant avec les Galactiques du Real Madrid.

"Selon le site " Parisien ", le " penalty gate " entre Neymar Jr.et Edinson Cavani, serait aussi un conflit financier...

Apparemment, les deux hommes étaient présents au Victoria Paris ce qui est un signal positif pour la suite des événements. La prise de bec Neymar-Cavani rappelle qu'une bonne ambiance de vestiaire reste fragile. "C'est différent de tirer à 5-0 ou en finale". Dans les colonnes du quotidien L'Equipe, l'ancien joueur du club de la capitale Raí a poussé l'entraîneur parisien Unai Emery à prendre ses responsabilités.

Sur Instagram, l'attaquant italien de Nice Mario Balotelli a d'ailleurs pris position: "Neymar, tu ne devrais même pas demander pour les tirer!". "On va attendre le match de samedi et, si un pénalty ou un coup de pied arrêté est sifflé, on va décider de façon claire". "Je crois qu'ils lui ont promis d'être responsable de toutes ces situations de jeu importantes".

Selon vous, qui est en tort, Neymar ou Cavani?

Le Brésilien entend gagner le Ballon d'Or dans un futur proche et doit pour cela soigner ses 'stats' - en plus de conquérir tous les titres possibles.

"Cristiano Ronaldo [déjà auréolé d'un Ballon d'Or], lui, avait su attendre son heure lors de son arrivée au Real Madrid où Raul tirait les penaltys". Et attention pour Emery à ce que cette histoire ne déborde pas également sur les coups-francs. Pour moi, le plus important c'est que les penalties se transforment en buts.

"C'est un problème entre eux, mais j'espère que Cavani a reçu le soutien de ses coéquipiers, même si beaucoup d'entre eux sont Brésiliens comme Neymar, sinon ce serait injuste". Et le sujet lui tient particulièrement à cœur. "Et le coach avait été viré quelques jours plus tard".

Meilleur buteur la saison dernière, Edinson Cavani a goûté au plaisir de la petite clause secrète de son contrat. Une récompense assez classique dans l'univers des grands attaquants européens.

"La décision de qui est le premier, qui est le second, j'ai fait mon choix". Il ne faut pas qu'il y en ait un troisième qui vienne en aider un pour que celui qui tire toujours ne tire pas.

Partager