L'île de la Dominique dévastée — MARIA

Partager

Fait remarquable à 5h, la valeur de 909 hPa au centre de l'ouragan, une pression record encore plus basse que celle d'Irma qui était de 914 hPa.

Sur la Martinique, qui fait également partie de la France, le fournisseur d'énergie EDF a déclaré que le courant avait été coupé pour au moins 16 000 foyers. La Martinique a, elle, été placée en vigilance orange cyclonique. On entendait les creux de 10 mètres se fracasser sur la digue, impressionnant!

Selon le délégué interministériel pour la reconstruction de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, Philippe Gustin, le taux de destruction à Saint-Martin, estimé dans un premier temps à 95%, a été largement revu à la baisse. "Les préoccupations, c'est bien Marie-Galante et les Saintes", a-t-elle affirmé. Des vents à 250 km/h et des pluies diluviennes, avec des cumuls de plus de 500 mm, ainsi que des vagues de 8 m sont prévues. À l'instar de ses "cousins", Maria s'est formée au sud du Cap-Vert et n'a cessé de prendre de l'ampleur sur sa route, d'une façon inattendue.

L'ancienne sénatrice de l'île de St Croix, Judi Buckley, avait quitté son domicile de la Caroline du Sud pour se rendre à St John et participer aux efforts d'aide post-Irma. En Martinique, la situation s'améliore plus rapidement avec des averses résiduelles. "Nous aurons des difficultés importantes", a reconnu le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, rappelant que "la Guadeloupe était le centre logistique à partir duquel nous pouvions alimenter l'île de Saint-Martin et organiser l'ensemble des rotations aériennes et des approvisionnements". Le mur de l'oeil du cyclone, qui concentre des vents très forts, est, lui, resté à 25 km et n'a pas touché l'île. L'île a alors été placée en alerte de niveau gris afin de permettre aux secours et aux forces de l'ordre de lancer leurs premières patrouilles.

Un Granvillais de 21 ans en vacances en Guadeloupe a été pris au piège par l'ouragan Maria, dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 septembre 2017. Et le maire de Pointe-à-Pitre Jacques Bangou a parlé d'une "forte montée des eaux" et de "plusieurs rues inondées".

"Les conséquences, comme de possibles inondations et des vents violents qui peuvent transformer les débris en projectiles dangereux, peuvent être plus graves et plus traîtres", a-t-il souligné, appelant les habitants à la plus grande vigilance et à se mettre à l'abri malgré les conditions précaires qui continuent de régner.

Vendredi, Maria passera sur les îles Turques-et-Caïques pour ensuite remonter vers le nord-ouest de l'Atlantique. Classé en catégorie 1 (vents jusqu'à 150km/h), il devrait toutefois s'intensifier et pourrait atteindre la catégorie 3 (jusqu'à 210km/h). Le couple s'est réfugié dans une maison à 200 m de la mer, en hauteur. Les spécialistes météo s'attendent à un ouragan de catégorie 2. Des dégâts "peu importants " en Martinique.

Partager