Entre Cavani et Neymar, une bataille d'ego au Parc des Princes — PSG

Partager

La victoire étriquée du PSG face à Lyon (2-0) a laissé voir quelques tensions au sein du club de la capitale. Ils n'ont pas à se prendre pour les nouveaux sheriffs du PSG, surtout qu'ils ne portent pas le brassard de capitaine. Si la MSN avait su parfaitement fonctionner au Barça, c'est parce que Messi, Suarez et Neymar s'entendaient très bien en dehors du terrain. La nouvelle star parisienne a employé son "homme de main" pour remporter le premier round d'une mini-guerre d'ego. "Les penaltys sont à frapper par quelques joueurs, l'un est Cavani et l'autre est Neymar".

En effet, Cavani et Neymar auraient eu une vive altercation.

Il n'a pas fallu longtemps pour avoir la preuve que le problème est réel. "Les résultats ne sont pas en cause, mais il est clair que ces deux joueurs ne s'entendent pas bien", considère le site. L'Uruguayen lui fait alors comprendre qu'il ne lui offrirait pas ce plaisir, tout en lui tapant doucement la cuisse pour lui signifier, on peut l'imaginer, qu'il lui avait laissé le coup franc précédent. Mbappé, pas perturbéCe n'est donc qu'une demi-surprise de voir l'ancien joueur du FC Barcelone venir tenter de parlementer avec l'Uruguayen quand, à dix minutes du terme, Paris obtient un penalty. Un tir détourné par le gardien de l'Olympique lyonnais Anthony Lopes. Sorti la tête basse sans saluer les supporters, alors que tout l'effectif francilien faisait le tour du Parc après le match, Cavani semblait l'avoir mauvaise après le clan brésilien du PSG, Dani Alves en tête.

Le petit incident pourrait faire parler dans les prochains jours, notamment dans le vestiaire parisien.

Habituellement, Cavani se charge de frapper les penalty pour le PSG, sans qu'une hiérarchie soit clairement établie. "On en a parlé". Pour tenter de desamorcer la bombe qui se prépare en coulisses, l'entraîneur parisien, Unai Emery, a dû s'exprimer sur le sujet, après le match. Je ne sais pas pouquoi on crée toutes ces histoires. "C'est pour ça que je ne veux pas que ce soit un problème pour nous".

Partager