L'Izoard pour sommet — Tour de France

Partager

Au bout du rouleau après un Tour éprouvant, Romain Bardet a confié n'avoir "pas été dans son assiette" samedi lors du contre-la-montre de Marseille où il a tout de même réussi à sauver in extremis le podium. "Il occupe désormais la troisième place du classement général provisoire, à 29" du maillot jaune. À Marseille, Chris Froome aura l'obligation de porter la combinaison réservée au maillot jaune par les organisateurs. Ces trois coureurs collent aux basques du leader de l'équipe AG2R-La Mondial, dans cet ordre, au classement général. "J'ai rapidement vu que j'étais pas dans le match mais je savais que je pouvais pas baisser les bras dans le money-time, j'ai fait le chrono avec ma tête aujourd'hui", a-t-il insisté. Je vais me battre à fond, promet le Français. L'Auvergnat pense peut-être à ce drapeau qu'il aurait pu (ou qu'il pourrait...) brandir très haut sur les Champs-Elysées demain. Une situation qui n'était plus arrivée depuis l'Espagnol Oscar Pereiro en 2006 - qui avait remporté le Tour après le déclassement pour dopage de l'Américain Floyd Landis - et avant lui l'Américain Greg Lemond en 1990. " " Il n'y a pas à réfléchir.

Pas d'exploit pour Romain Bardet.

La victoire finale, elle, semble promise à Chris Froome. "Dès qu'on a connaissance du tracé du Tour, on estime la topographie, l'altimétrie du parcours (du contre-la-montre) et on essaie de modéliser ça pour calculer les puissances qu'il doit développer durant l'entraînement", explique encore Quiclet.

Mais les chiffres parlent en faveur du Britannique, deux fois sur le podium des JO dans le contre-la-montre (bronze à Londres et à Rio). Les deux hommes ne s'étaient rencontrés qu'une fois au préalable, sur le chrono d'Eibar au Tour du Pays Basque (27,7 km). Hormis la côte de 1200 mètres (à 9,5% de pente) et la descente, la route restera plate et promet une moyenne élevée... synonyme de peu d'espoir pour Romain Bardet (ALM).

Ce vendredi, jour de la fête nationale belge, on n'ose même pas songer à un succès de l'un des nôtres entre Embrun et Salon de Provence, car cette antépénultième étape est promise aux sprinters...

Huitième, le Colombien Rigoberto Uran s'offre la 2e place du Tour, lui qui avait déjà fait 2e sur le Giro.

Partager