Pour leur première rencontre, ils ne voulaient plus se quitter — Trump-Poutine

Partager

Malgré cette dégradation, cela n'a pas empêché les deux dirigeants de se féliciter de leur rencontre lors du G20.

Au cours de ce sommet du G20, ces responsables de haut niveau doivent spécifiquement discuter du plan "Compacts avec l'Afrique ". Le ministre des Affaires étrangères de la Russie était aussi présent.

Quatre hélicoptères de police survolaient la ville hanséatique, et la police de Hambourg a de son côté relevé "un panache de fumée noire" s'élevant de l'ouest de la ville, alors que des voitures "ont été incendiées" dans différents quartiers.

Le cessez-le-feu entrera en vigueur le 9 juillet à midi heure de Damas (09h00 GMT), selon les médias allemands.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a déclaré que MM.

En attendant leur rencontre officielle, les deux hommes ont eu un premier contact qui s'est avéré cordial. MM.

Pour les civils en Syrie, les décisions que prendront le président Donald Trump et le président Vladimir Poutine, sont une question de vie ou de mort.

Selon le diplomate russe Maxim Oreshkin, le Président russe a indiqué à Donald Trump qu'il serait impossible de parvenir à la justice avec des sanctions. "Manifestement, elle a échoué", a commenté Rex Tillerson, amusé.

Pourquoi un rendez-vous très tendu, notamment, parce qu'à Washington, l'enquête se poursuit pour déterminer s'il y a eu collusion entre les équipes de campagne de Donald Trump et le Kremlin avant l'élection présidentielle américaine.

Chacun veut redonner à son pays sa grandeur passée. Niant toutes interférences, Vladimir Poutine a réclamé des preuves.

Vendredi, les manifestants entendent d'ailleurs empêcher l'accès au centre des congrès des chefs d'Etat et de gouvernement. "J'ai exprimé clairement au président Trump la déception du Royaume-Uni devant la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord de Paris", a rappelé la dirigeante qui devait rencontrer Donald Trump pour un face-à-face plus tard dans la journée vendredi.

Après le fiasco du premier voyage européen de Donald Trump en mai dernier, le président américain s'offre une session de rattrapage en cette fin de semaine.

Les militants se sont levés tôt. Il s'agit de " soulager les forces déjà engagées", a-t-il ajouté. Trump et Poutine sont divisés sur la nature de ces conflits, ce qui complique leur résolution.

"Le président Poutine et moi avons parlé de divers sujets". Dans le but de résoudre la crise en Ukraine, les parties comptent poursuivre les discussions.

Partager